jusqu ou externaliser

Jusqu’où externaliser ?3 min read

Pourquoi et dans quelles limites, une entreprise peut-elle externaliser ?

Derrière une entreprise, il y a tout un système. Ensemble, ses clients, ses collaborateurs, ses fournisseurs et ses partenaires œuvrent pour faire tourner la machine et rentabiliser l’activité. Ils se mobilisent en suivant une stratégie mise en place par les dirigeants de l’enseigne. Généralement, ces derniers confient les tâches à réaliser à des collaborateurs en interne. Cependant, il arrive qu’ils aient besoin d’externaliser. Pourquoi et dans quelles limites, s’il s’agit d’une TPE et d’une PME ? Nos réponses.

 

L’externalisation pour plus d’efficacité

Une entreprise, quelle que soit sa taille, trouve sa valeur ajoutée dans son expertise et ses compétences. Une fois qu’elle parvient à définir et à maîtriser son métier, elle peut déléguer et externaliser tout élément qui relève des travaux dits « périphériques ». Les TPE aux effectifs limités y ont souvent recours. On peut même dire qu’elles doivent externaliser les tâches laborieuses et chronophages pour gagner en efficacité. Concrètement, voici pourquoi :

  • La taille d’une entreprise ne lui permet pas forcément de recruter en interne et d’employer de manière stable, constante et régulière un collaborateur supplémentaire.
  • Confier des missions à des prestataires externes, experts dans leur métier, est plus intéressant au lieu de surcharger de travail ses collaborateurs actuels.
  • Quand on externalise, on a un meilleur contrôle sur les coûts et on s’adapte plus facilement aux aléas du métier.

 

A lire aussi : Focus sur l’externalisation du secrétariat

 

externalisation
Externalisation est une solution fiable pour booster son activité.

 

Ce qu’il faut externaliser : les tâches supports

Lorsqu’une société croule sous trop de travaux, l’externalisation lui permet d’avancer plus rapidement et plus efficacement. Cependant, quelles tâches faut-il déléguer ? Sachez que toutes les fonctions d’une entreprise sont externalisées sauf l’opérationnel. On précisera les activités non stratégiques. Une TPE ou une PME peut notamment s’en remettre aux services d’une structure offshore ou à des professionnels indépendants pour les fonctions suivantes :

  • Les tâches dites administratives : courrier, archivage de documents, etc.
  • La prospection commerciale via un call center
  • Le marketing digital assuré par un community manager ou une agence digitale
  • Les opérations de maintenance informatique confiées à un consultant technique
  • La gestion comptable incluant celle des paies reléguées à un cabinet d’experts comptables
  • Le gardiennage et l’entretien des locaux.

 

Les limites à s’imposer quand on externalise

Quand on externalise, on se garde de confier les éléments opérationnels de son cœur de métier à un tiers. Pourquoi ? Confier de telles tâches à une structure externe expose son entreprise à certains risques. En outre, elle peut éventuellement ne pas maîtriser sa tâche principale et servir de simple intermédiaire entre ses clients et ses prestataires.

Conserver ses activités de cœur de métier pour elle, c’est préserver sa force et son identité. C’est valable, quelle que soit sa taille : TPE, PME ou groupe. On reconnaît notamment une firme et sa marque de fabrique par ses prestations laissant transparaître ses valeurs. Ses clients adoptent ses services et ses produits pour leur qualité, leur constance et leur authenticité résultant d’un processus et d’une culture d’entreprise bien à elle. Cette signature est le seul élément capable de l’apposer à ses diverses prestations.

De ce fait, externaliser les tâches stratégiques s’y afférant pourrait de près ou de loin nuire à sa réputation et intrinsèquement, à l’avenir de son activité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *