arnaque rédaction web

Rédaction web : comment reconnaître les arnaques4 min read

Que le.la rédacteur.trice qui n’a pas été arnaqué.e une seule fois dans sa carrière lève la main ! Chez Metier-outsourcer.com, par exemple, les membres du groupe ont été tous victimes de clients arnaqueurs, que ce soit au pays ou à l’étranger. Mais, c’était à l’époque où chacun commençait à rédiger. Au fil du temps, on acquiert de l’expérience et on a su flairer les offres sérieuses et arnaques, qu’elles soient sur des plateformes de rédaction, sur des sites pour freelances ou des sollicitations directes.

plateforme rédacteur web
Même les grandes plateformes de rédacteurs web peuvent cacher des arnarqes. L’important est de faire les vérifications nécessaires.

Les plateformes de rédaction : qu’en est-il ?

Les plateformes de rédaction se multuplient, car il s’agit d’un métier qui rapporte. En l’espace de quelques années, l’on a vu apparaître un grand nombre de sites proposant des contenus à traiter aux rédacteurs. Même si ces sites ont une bonne réputation, ils peuvent abriter des annonceurs peu scrupuleux qui n’ont pas froid aux yeux.

Voici une liste non exhaustive des meilleures plateformes de rédaction :

      • Textbroker,
      • Textmaster,
      • GreatContent,
      • Scribeur.

Pour détecter les bonnes plateformes, il suffit de consulter les avis publiés un peu partout sur Internet.

recherche rédacteur web
La vigilance est de mise face aux annonces de recrutement de rédacteurs web.

Les annonces

Les annonces permettent aux rédacteurs de trouver des clients directs, sans passer par les plateformes de rédaction. L’on trouve généralement ces annonces sur des sites de freelancers, comme Coder, Freelancer ou Progonline.

Même si ces sites ont déjà leur réputation, la vigilance doit être toujours de mise. Certaines annonces peuvent en effet cacher des arnaques. Ainsi, il est crucial de se renseigner sur la personne ou l’entité qui poste une annonce : nom, adresse physique, site internet ou blog, mentions légales, sur lequel les contenus vont être publiés… Idem pour le numéro SIRET. Si l’interlocuteur rechigne à donner ces informations, c’est une sonnette d’alarme. Un autre conseil : pour éviter les arnaques, le mieux est de collaborer avec une agence de rédaction.

A lire aussi : Les 7 règles pour être un bon rédacteur freelance

Les sollicitations de clients

Les rédacteurs web peuvent recevoir directement des demandes de devis via leur site web ou leur profil sur les plateformes pour freelancers. Il est toujours faire attention pour éviter les arnaques.

Un client sérieux, tout d’abord, se présente et vous livre les informations le concernant : nom, prénoms, fonctions, adresses, numéro de téléphone, email, profil sur les réseaux sociaux (même). Une petite vérification sur Google suffit pour vérifier la véracité de ces informations.

Ensuite, il va vous demander des échantillons de textes en plus d’un test de rédaction. Comment pourrait-il en effet reconnaître la qualité des contenus d’un rédacteur sans avoir à le tester ?

Si un client fait la promesse mirobolante d’un grand volume de commande, par exemple 200 textes de 500 mots par mois, il faut se méfier.

Une fois le contrat signé avec le donneur d’ordre, un.une rédacteur.trice a le droit de demander un acompte, en fonction du volume de commande passée. Un client sérieux n’aura aucun inconvénient à verser un acompte. S’il multiplie les excuses pour régler une avance, c’est généralement le signe qu’il s’agit d’un arnaqueur.

arnaque rédacteur web
Un client qui accepte de verser un acompte ne risque pas d’arnaquer.

Pour rédiger en toute sérénité

Pour éviter les arnaques dans la rédaction web, l’important est donc de vérifier l’identité des clients en jouant le.la détective sur Internet. L’objectif : savoir avec qui collaborer, sa solvabilité, sa notoriété, son sérieux, son historique, ses antécédents (s’il y en a).

Voici quelques autres conseils pour détecter un client sérieux – et solvable.

  • Demander un rendez-vous téléphonique ou par Skype.
  • Vérifier la mention légale de son site.
  • Envoyer la première facture après la livraison de 4 ou 5 textes et ne pas rédiger de nouveau qu’après la réception du règlement.
  • Ne jamais s’emballer et prendre le temps pour répondre aux sollicitations.

Nous espérons que ces conseils ont pu aider les rédacteurs.trices à éviter les arnaques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *